Gustave, Stégosaure d’acier

Stégosaure d’acier réalisé par Romain Lardanchet en collaboration avec les équipes du lycée Fernand Forest

 

Gustaveweb1

 

140m de tube acier, 4 mois de travail

Gustave a été finalisé le 29 Mai 2015, il pèse 1600 kg et va très bien.

Il mesure 8 mètres de long et 4 mètres de haut.

Garni de différents morceaux de carrosseries de voitures ainsi que des pièces fabriquées par les élèves du lycée à l’occasion de leur BAC pro.

Credits photos : Lamane et Paul-Vincent Nardiello

 

Gustaveweb2

Gustaveweb3

Gustaveweb5

Comment cette aventure a t’elle commencée ?

A l’automne 2014, Marie-Ange Rivoire est venu me voir à l’atelier pour me proposer une résidence d’artiste au Lycée Fernand Forest, afin de réaliser une structure destinée à recevoir des danseurs dans le cadre du festival « Nourritures Urbaines » dont elle gérait l’organisation avec la mairie de Saint Priest.

Marie-Ange s’est prise au jeu et nous sommes aussitôt allés au lycée professionnel Fernand Forest rencontrer Pascal Perrier, le directeur des travaux, ainsi que les enseignants en métallerie chaudronnerie.

Nous avons, de concert, décidés de tenter le pari et avons commencer à planifier le projet avec pour dead-line le festival « Nourritures Urbaines » le 29 mai 2015.

 

Tout s’est il passé comme prévu ?

Plutôt.

Les enseignants se sont progressivement intéressés et investis dans le projet. Les premières étapes ont été assez spectaculaires, ce qui a convaincu tout le monde sur la faisabilité du projet. Plusieurs personnes de la ville de Saint Priest sont passés voir le chantier, et ça les a convaincus de financer les matériaux.

Nous avons terminé Gustave le 27 mai, soit deux jours avant son inauguration.

 

Pourquoi avoir choisi ce prénom, « Gustave » ?

Plusieurs raisons m’ont conduit à ce choix.

D’abord « Gustave », le crocodile du lac Burundi décédé en 2014. J’ai découvert ce spécimen grâce à internet à la fin des années 90 et j’ai tout de suite été fasciné par ce crocodile dont l’âge devait sans doute dépasser les 150 ans et dont les mensurations sont proches de la sculpture que j’ai réalisée.

Sa célébrité a malheureusement accéléré son décès après la sortie d’un film « Primeval » en 2005 qui rends hommage à sa ruse en montrant comment il à déjoué un piège pour ensuite dévorer deux journalistes de National Geographic qui souhaitaient le capturer.

Avec ça, il m’a semblé que Gustave méritait qu’on se souvienne de lui.

Il y a aussi « Gustave Doré », qui est un artiste qui me fascine depuis ma plus tendre enfance. Il a illustré « La Divine Comédie », son chef d’œuvre, mais aussi « Don Quichotte », « Gargantua » et « Pantagruel » ainsi que d’innombrables autres récits fantastiques, mais surtout « Le Baron de Munchhausen » qui est un des personnage de fiction pour lequel j’ai le plus d’attachement.

Plusieurs personnes m’ont aussi parlé de « Gustave Eiffel », surtout en référence aux lignes de l’armature de ma sculpture. Cela a définitivement confirmé mon choix pour ce prénom.

Dinoromain2

Pourquoi avoir choisi un Stégosaure ?

Le stégosaure est parmi les dinosaures les plus connus, sans parler de sa silhouette très facilement identifiable. Il est sympathique, pacifiste mais suffisamment équipé et impressionnant pour qu’on ne vienne pas l’importuner sans une bonne raison.

L’opportunité de réaliser une sculpture monumentale m’a rapidement orienté vers les dinosaures. L’occasion était trop belle pour ne pas succomber à un tel choix.

Depuis l’enfance, je ne rate pas une occasion de voir la galerie de paléontologie du jardin des plantes lorsque je me rends à Paris, et un stégosaure trône devant l’entrée du Musée. Je l’ai toujours trouvé cool, tout en étant frustré par son manque de dynamique et me suis souvent dis que si je le pouvais, il faudrait que je montre à quel point ces animaux devaient être a la fois gros et gracieux.

 

Pourquoi la couleur rouge ?

D’abord parce que c’est une couleur percutante et dont la symbolique est proche de la vie.

Ensuite, parce qu’il semblerai que le stégosaure pouvait faire affluer le sang dans les grandes plaques osseuses qui jalonnent son dos afin de les faire rougir, créant ainsi un effet des plus impressionnant, destiné à repousser d’éventuels assaillants, ou à séduire lors de parades amoureuses.

Ce qui fait du stégosaure, un des rares animaux fossiles dont on ait une indication sur la couleur : le rouge.

 

Tes sculptures sont souvent réalisées avec des éléments de récupération. Qu’as tu utilisé pour ce dinosaure?

Peu de temps avant de me lancer, j’ai rencontré Elie Cunat, qui m’a invité a participer à un gala de charité en mettant une sculpture aux enchères, il m’a ensuite mis en relation avec la « Carrosserie Gambetta », située à Fontaines sur Saône. Ces derniers se sont montrés très enthousiastes et forts sympathiques en me mettant de côté l’équivalent d’un mois de « tôle froissée ». De nombreuses portières de voitures, ainsi que des capots et portières de coffre, principalement d’origine allemande. J’avais aussi en stock 24 parechocs de moto Yamaha qui sont situés de chaque côté de l’épine dorsale. Pour finir, en fouinant dans l’école, j’ai proposé d’utiliser les travaux d’élèves réalisés pour leur BAC pro l’an dernier, qui étaient alors destinés à la ferraille. Voilà pourquoi il a comme une enfilade de cheminées sur le dos. La tête quant à elle, a été réalisée a partir du cadre d’une « pocket bike », une matière première qui m’est chère.

 

Depuis son inauguration le 29 mai 2015, Gustave à été exposé sur les quais de Saône à la sucrière, à l’occasion de la Biennale d’Art Contemporain.

Il a été installé dans le hall de l’immeuble « New Deal », que l’on appelle « le garage Citroën », à l’angle de la rue de l’université et de la rue de Marseille dans le 7eme arrondissement de Lyon où il a élu domicile.

 

Il fera une brève sortie lors de la fête des lumières 2016.

Exposé sur un container à l’angle cours Gambetta quai du Rhône, il sera mis en lumière par l’artiste Julien Menzel.

 

La création de cette sculpture a été pour moi une aventure passionnante et l’occasion de réaliser un rêve de gosse.

Je tiens particulièrement à remercier Malo Mathon, qui porte ce projet depuis le début et Pascal Perrier, directeur des travaux au Lycée Professionnel Fernand Forest, ainsi que Xavier, Alain, Rodrigue, Manu et Jean-Antoine, les enseignants qui m’ont accompagnés, sans oublier les élèves :

Oktay Alici, Vadim Bakunov, Kais Benzema, Jonathan Bouchet, Ilias Chrea, Freddy Deville, Quentin Dusonchet, Hugo Farin, Thomas Laine, Hervé Munga Vokode, Brian Reynard, Thomas Rouveure, Fayard Gasparin, Reda Houacine, Ali Rahimi, Mohamed Soltani, Dieuveil Gabouma, Pedro Camoussenge, Dylan Poupard, Mohamed Belaroussi, Halil Akdogan, David Matjapa, Flavio Ronze, Maïdi Slimani, Hamza Zenaini et Kevin Zorayan.

Sans oublier Elie Cunat et la Carosserie Gambetta.

Dinoromain4 Dinoromain5 DSC04195 DSC04196 DSC04206 DSC04212 DSC04215

Credits photos : Lamane

https://fr.wikipedia.org/wiki/Gustave_%28crocodile%29